lundi 16 mars 2015

Pamphlet Contre Un Vampire de Sophie JOMAIN



4ème de Couverture :

S'il y a bien un truc qui m'agace, ce sont les romans à l'eau de rose sauce vampire.
Mais qu'ont-elles à la fin, ces amoureuses de Dracula d'opérette ?

Ça ne tourne vraiment pas rond chez elles et ça commence à bien faire ; il est grand temps de rétablir la vérité : LES VAMPIRES N'EXISTENT PAS.

Comment ça "et s'ils existent" ? Eh bien s'ils existent, je vais m'occuper de leur refaire le portrait, ça changera !

Je vais jeter sur mon blog un pamphlet, un pamphlet contre les vampires. 
Et si par le plus grand des hasards un certain Hugo Rivoire - un garçon aussi mignon qu’effrayant - décide de me faire fermer mon clapet, il trouvera à qui parler !

Parfaitement, ! Sauf que mon petit doigt me dit que je risque de le regretter...


Mon Avis :

Satine, est une jeune lycéenne dont la meilleure amie Carla est sous "le charme" des vampires depuis quelques temps et croit dur comme fer qu'ils existent vraiment.


Trouvant cela ridicule et dans l'espoir d'ouvrir les yeux de son amie, Satine va rédiger sur son blog un pamphlet dans lequel elle explique pourquoi il est ridicule de croire aux vampires.


Cependant Satine était loin de se douter que son pamphlet allait être le point de départ de tous ses ennuis, et plus particulièrement de la part d'un petit groupe de "pro-vampires" dont fait partie Hugo Rivière.

Comment Satine va-t-elle tenir bon face aux menaces et aux intimidations dont elle est la cible ?

Son avis, si sûr et certain sur la non existence des vampires et le ridicule d'y croire va-t-il rester intact ? Ne va-t-elle finir par douter ?

Quel bonheur de retrouver l'écriture de Sophie JOMAIN, toujours aussi géniale et efficace.

Je me suis littéralement laissée emporter par Satine et Hugo.

Le caractère bien trempé de Satine apporte assurément du pep's et de l'humour à cette histoire.

Je vous recommande donc chaudement ce Pamphlet, vous passerez un superbe moment de lecture (comme toujours lorsqu'on plonge dans l'univers de Sophie JOMAIN).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire